1. Convoys to Nothingness
2. The Voices
3. Vision Sphere of the Elements - A Monument Part II
4. Hollow Inside
5. The Cromlech Gate
6. Ennemy I
7. Smirr
8. The Steep: Floating Diversity - A Monument Part III
9. Outro: Self-Zero




1. Convoys To Nothingness

Faces - eyes - noise

Floating patterns of no coherency, none needed

From behind the chapel of dreams came imagery
From another world
They left for a brighter star
A new home called "now"

Womb - death - dawn

Fellow seafarers on an ocean of silence
Remaining humanoid shells, a distant thought
The chasm between truth and flesh paved
With bricks from secret cities

Entering linear orbit
Crushing the foundations of divided times
Suns reflected

Convoys...
Convoys to...
Convoys to nothingness...

2. The Voices

I hear their poisonous words again
As they call out for submission and code
"To be less than one and drown equals pride" they say
These were the voices that destroyed us

Did I want for this loss to be sustained?

Through the clipping of wings found the secret paths
From the blinding light of lies obtained
second sight
Stabbed in the back, gained strength in One-ness
Taken from me, I learned to preserve

These were the voices that sunk our ships
These are the voices - poisoned ears bleeding

Did I pray for the dead to be kept awake?
Did I gently place these thorns through the surface
of my eyes?
Did I ask for this fathomless tragedy
to go on forever?

Fail to comply - reborn in war
The answer being no

Did I?


3. Vision: Sphere Of The Elements (A Monument Part II)

Betrayed by disillusion
Enslaved by insanity
Enslaved by commitment to betrayal
Betrayed by all elements

My vision is clear and strong
I comfort myself to fulfil it
There exists no edge
Clearly existence is wrong

I kill myself to fulfil my vision
Consumed by astral interference
I deny this monument to be my sphere
I choke this ego to find that i'm dead
I deny this monument to be my sphere

I will die as one

4. Hollow Inside

Hollow inside - I didn't sleep too well last night
Step over, turn the light
Hollow inside - I didn't dream too much last night
Step over, turn the light

Knock on the door - these are the interfering themes
Open it up, too soon

Shorter in time - the interactive parts go by
I fear for a while - my head

I fear for a while - that my head will expand
And stretch out in to the stratos wild

Can't you see, those birds in limbo breaks
And of course you hear, listen, the straws
From above you, and underneath in the glow
I can touch them
Spiritualized

Dogs with bones, they are released
One too many to get on


5. The Cromlech Gate

[The fool:]
"Fear not dear kinsmen, cause your
Saviour I am. I'll bring back our glory
And wisdom Achieve I'm searching the
Old path to bring back the elder"

Smug as only the fool can be, mindless
Blindly. He marches towards his fate
Summoned to the Cromlech by hunger within

[Voice from a parallel existance:]
"Come inside my friend, your father is waiting.
Your search ends here, Wisdom you have
gained, the signs you have read."

Doomed to walk the smiths dungeons
Underworld slavery
Through the eyes of the fool nothing can be seen
The elder is hiding beyond thoughts
Only leaving with glimpses of long lost knowledge

I once saw the Cromlech and was kindly invited
But I slayed the beast I kissed the ground
(I drank the wine)
(I took up the runes)
I found the home of the elder


6. Enemy I

It was here I was born
While the stars held their breaths
After ages of pseudo-presence

I climbed the final steps
Up from deep beneath the shores
Eieth no longer sleeping gal

Thus alive and the stillness
Only to be broken by whispers
Towards the moon

Bloodred from the Unborn Ones cries
That will not be silenced or rest
Forever more and awaken not

To paint in blanks or wither
Beauty blinding no more
than the whole is less now

We see clearly what was not there
The prey become predator
Slaughtering not raging blindly

Through tunnels of sorrow and lust
For solitude and peace of mind
Says it is time to unmask and face

Behind lines - that is Enemy I


7. Smirr

He sees his world through the crystal state of departure
The hooves echo the approach of the third coming
On it's back a goddess with shining black armour
The steel that will separate the will from doing
Closing in as he falls to his knees, surrounded by
Plasma of dying chapters
Life succumbs to silence, desire alone to the dying
Of inner banes
His hands no longer grasping contraction as he laughs

Winds play their mourners dirge through heaps of corpses
The hooves thundering the arrival of the final coming
Carrying forth the seeds of eternal night
So that the Shadow may sleep, eternity weeps
While we laugh and remain forever

She feels the cold floor giving no comfort as she fades
The hooves echo the approach of the third coming
On it's back the faceless her Elder Ones saw
The agents of microcosmic change shattering
the megalith
Stories told, divinity unfold
She passes on, yet remains in Smirr
Cold remains scattered in dead void dreams


8. The Sleep: Floating Diversity (A Monument Part III)

The battle's now past
The war of all was within itself

Painfully sleeping

All hail the fallen
The time is now for the king to tell

The battle's now past

All hail the fallen
Pleading diversity equals no scream
Thickening intensity now fatal
Beyond portrayed dream


9. Outro: Self - Zero

[instrumental]
1. Voyage vers le neant

Faces – yeux – bruit

Des motifs, flottants, sans cohérences inutiles

De derrière la chapelle des rêves viennent les images
D’un autre monde
Ils partent vers une étoile plus brillante
Une nouvelle maison appelée « maintenant »

Utérus – mort – aube

Des marins, compagnons sur un océan de silence
Restent des coquilles humanoïdes, une pensée distante
Le fossé entre la vérité et la chair pave
Avec des briques d’une cite secrète

Entrant sur leur orbite linéaire
Ecrasant les fondations des temps divises
Les soleils réfléchis

Voyage…
Voyage vers….
Voyage vers le néant….

2. Les voix

J’entends leurs mots empoisonnes une fois de plus
Alors qu’ils appellent à la soumission
« Etre moins que rien et coulé équivaut à de la fierté » disent-ils
Ce sont les voix qui nous détruisent

Est-ce que je veux continuer à subir cette perte ?

Les chemins sacrés ont été trouves grâce au clappement des ailes
La seconde vue fut obtenue à partir de la lumière aveuglante des mensonges
Frappe dans le dos, gagne de la force dans l’Unité
Pris en moi, j’apprends à préserver

Il y a les voix qui coulent nos bateaux
Il y a les voix – les oreilles empoisonnées saignent

Ai-je prié pour que les morts restent éveillés ?
Est-ce que j’ai doucement placé ces épines sur la surface
De mes yeux ?
Ai-je demande que cette tragédie sans fond continue pour l’éternité ?

Impossible d’acquiescer – renait en guerre
La réponse est non

Ai-je ?


3. Vision : La sphère des éléments (Un monument : partie 2)

Trahi par la désillusion
Esclavagé par la folie
Esclavagé par des promesses de trahison
Trahi par tous les éléments

Ma vision est claire et forte
Je me réconforte pour la remplir
Il n’existe pas de bordures
Clairement, l’existence a faux

Je me tue pour remplir ma vision
Consomme par une interférence astrale
Je renie ce monument d’être ma sphère
Je diminue cet ego pour découvrir que je suis mort
Je renie ce monument d’être ma sphère

Je mourrais en tant qu’être unique

4. Cavité intérieure

Cavite intérieure – Je n’ai pas très bien dormi la nuit dernière
Avance, allume la lumière
Cavite intérieure – Je n’ai pas beaucoup rêvé la nuit dernière
Avance, allume la lumière

Frappe a la porte – ce sont des thèmes interférents
Ouvre la, trop tôt

Le temps est plus court – les parties interactives s’en vont
Je crains quelques temps – ma tête

Je crains quelques temps – que ma tête ne s’étende
Et ne se répande dans les couches sauvages

Ne peux-tu pas voir, ces oiseaux dans les limbes
Bien entendu, tu entends, les brins de paille
Au dessus de toi, et sous la lueur
Je peux les toucher
Spiritualise

Des chiens avec des os, ils sont relâchés
L’un d’eux est de trop pour continuer


5. Le portail du dolmen

[L’idiot :]
« Ne craignez rien, chers parents, car
Je suis votre sauveur, Je ramènerais notre gloire
Et notre sagesse. Je cherche
Le vieux chemin pour ramener nos anciens »

Suffisant comme seul peuvent l’être les idiots, sans esprits
Aveugle. Il marche vers son destin
Appelé vers le Dolmen par la faim intérieure

[Voix d’une existence parallèle :]
«  Viens à l’intérieur mon ami, ton père attends
Ta quête prends fin ici, tu as acquis la Sagesse,
Tu as lus les signes »

Maudits pour aller dans les donjons du forgeron
Esclavagisme souterrain
Rien ne peut être vu a travers les yeux de l’idiot
Les anciens se cachent derrière les pensées
Laissant seulement des traces d’une connaissance perdue

J’ai vu, une fois, le Dolmen et fut gentiment invite
Mais j’ai détruit la bête, et embrasse le sol
(J’ai bu le vin)
(J’ai pris les runes)
J’ai trouve la maison des anciens


6. Je suis l’ennemi

C’est ici que je suis ne
Alors que les étoiles retenaient leurs respirations
Apres des éons de pseudo-présence

Je grimpais les marches finales
Originaires des profondeurs sous les cotes
Eieth ne dort plus

Toujours en vie, sa rigueur
Peut être cassée seulement par des murmures
En direction de la lune

Ensanglante par les pleurs des Non - Nés
Qui ne seront jamais silencieux ou calmes
Non-éveillés, pour toujours

Peindre avec rien ou de la pourriture
La beauté n’aveugle plus
Que le tout qui n’est moins, maintenant

Nous voyons clairement ce qui n’était pas la
La proie devient le prédateur
Destructeur, sans rage aveugle

A travers les tunnels du désespoir et de l’envie
Pour la solitude et la paix de l’esprit
Disons qu’il est temps de démasquer et faire face

Derrière les lignes – Je suis l’ennemi


7. Smirr

Il voit le monde au travers de son départ
L’équidé se fait l’écho de l’imminence de la troisième invasion
Une déesse à l’armure noire brillante est sur son dos
L’épée qui séparera la volonté des faits
Se referme alors qu’il tombe à genoux, entouré par
Le plasma de chapitres agonisants
La vie succombe au silence, le désir seul aux morts
Des fléaux internes
Ses mains ne comprennent plus la contradiction alors qu’il rit

Les vents jouent des hymnes funèbres au travers de tas de corps
Les équidés rugissent à l’arrivée de la troisième invasion
Portant avec eux les graines de la nuit éternelle
Pour que l’Ombre puisse dormir, l’éternité pleure
Alors que nous rions et sommes eternels

Elle sent l’inconfortable sol froid, alors qu’elle s’évanouit
L’équidé se fait l’écho de l’imminence de la troisième invasion
Sur son dos les Anciens sans visages voient
Les agents du changement microcosmique faire trembler le mégalithe
Des histoires racontées, des divinités révélées
Elle passe, mais reste à Smirr
Les restes froids éparpillés dans des rêves vides et morts


8. Le sommeil : la diversité flottante (un monument : part 3)

La bataille est désormais terminée
La guerre fut intérieure

Douloureusement endormi

Saluez ceux qui sont tombées
Il est maintenant temps pour le roi de raconter

La bataille est désormais terminée

Saluez ceux qui sont tombées
Suppliée pour la diversité signifie ne pas crier
L’intensité de plus en plus fine, maintenant fatale
Au delà de rêves représentés


9. Outro – Self-Zero

[instrumental]